Retraite des chefs d’entreprise : voici une astuce pour valider des trimestres en cas de chômage

Retraite des chefs d’entreprise : voici une astuce pour valider des trimestres en cas de chômage

Depuis l’indépendance en 1991, l’économie de l’Ukraine est marquée par une hésitation entre deux modèles, l’un russe l’autre européen, et peine à affirmer sa souveraineté économique.

Lorsqu’ils sont indemnisés par Pôle emploi, les salariés au chômage continuent à se constituer des droits pour leur retraite. Chaque période de 50 jours de chômage indemnisé leur permet de valider un trimestre, dans la limite de 4 par année civile. Côté retraite complémentaire, ils continuent à accumuler des points calculés sur la base de leur “dernier” salaire (et non sur le montant de leurs allocations chômage). Ce qui n’est pas le cas pour les mandataires sociaux rattachés au régime des salariés : PDG, DG, membre du directoire de SA, Président de SAS, SAS, Gérant minoritaire ou égalitaire de SARL. Ils sont exclus de l’assurance chômage et ne peuvent prétendre à aucune indemnisation.

Pour faire face à ce risque, certains d’entre eux ont souscrit une assurance privée “perte d’emploi”, proposée par la GSC (garantie sociale des chefs d’entreprise), une association gérée par le Medef, la CPME et l’U2P. Cette assurance leur garantit le versement d’un revenu de remplacement pendant une période de 12 mois minimum correspondant à 55 % ou 70 % de ce qu’ils gagnaient. “Ce qui est moins connu, c’est que cet organisme leur rembourse les sommes versées auprès l’Agirc-Arrco pour acquérir des points de retraite complémentaire lorsqu’ils sont indemnisés par la GSC”, explique Sophie Wakeford, consultante RH, spécialiste retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
    0
    COMMANDEZ-LE DÈS AUJOURD'HUI
    Your cart is emptyReturn to Shop