Dossier Spécial : ECONOMIE BLEUE

Dossier Spécial : ECONOMIE BLEUE

En Exclusivité pour l’Observatoire Economique : M. HUGUES DU PLESSIS D’ARGENTRÉ, DIRECTEUR GENERAL SOGENA

M. HUGUES DU PLESSIS D’ARGENTRÉ la 4ème édition du forum mondial de la mer se tiendra les 24 et 25 septembre prochain à Bizerte. Pouvez-vous nous en décrire les thèmes principaux ainsi que les intervenants ?

Le Forum Mondial de la Mer se penche cette année essentiellement sur la protection des océans et tout particulièrement la protection et la sauvegarde de la biodiversité de la Méditerranée qui est aujourd’hui la mer la plus polluée du monde. Le Forum organise la résistance à cette catastrophe en invitant à intervenir et à travailler ensemble des politiques, des scientifiques des institutions, des ONG et toute la société civile.

On notera en particulier les interventions remarquées de Annick GIRARDIN, ministre de la Mer de la France, M. Rocardo SANTOS, ministre de la mer du Portugal, Mme Asma SHIRI LAABIDI, Secrétaire Général des Affaires Maritimes de Tunisie et SAS le Prince ALBERT II de MONACO. Tout cela sous la présidence de Pascal LAMY et l’organisation de Rym BENZINA, présidente de la Saison Bleue et Olivier POIVRE D’ARVOR, Ambassadeur des pôles et des enjeux maritimes de France.

On notera également les prises de parole de sommités du monde de l’océanographie et de la biologie marine.

En cette période post Covid où les pays sont à la recherche de croissance économique, pensez-vous que l’économie bleue, c’est à dire l’économie lié e au secteur de la mer, est un formidable relai de croissance générateur d’emplois ?

Comme beaucoup je suis convaincu que l’avenir de l’humanité sera pour une bonne part liée aux océans pour l’énergie, la nourriture, la médecine et le commerce. Nous ne sommes qu’au début de l’usage utile et durable des océans et il importe d’y investir avec enthousiasme et discernement. De plus en plus d’emplois seront créés dans les domaines du maritime dans les années à venir et tout particulièrement dans la capture durable et propre de l’énergie éolienne et hydrolienne.

Estimez-vous que c’est une chance pour la Tunisie d’être le théâtre d’un tel forum ?

Oui absolument ! La Tunisie montre à travers ce forum sa grande conscience de l’importance des mers pour nos sociétés modernes. La Tunisie est montée dans le wagon de tête des nations maritimes responsables qui agissent pour la préservation des océans. Il lui faut maintenant continuer à investir et à développer les projets et les entreprises qui porteront ce futur.

Au niveau de la transition énergétique, la Tunisie a encore beaucoup de chemin à faire, et l’une des sources énergétiques modernes se nomme l’éolien en mer. Pensez-vous que celui-ci peut être une source d’énergie réelle dans le futur pour la Tunisie ?

L’éolien en mer est une des énergies renouvelables et propres qui se développent pour remplacer le pétrole et le charbon qui sont source de pollution. Il est devenu nécessaire de décarboner nos sources d’énergie. Pour implanter des éoliennes en mer il faut des zones particulièrement et régulièrement ventées et en dehors des zones du transit et de pêche. Je ne connais pas suffisamment bien les côtes de la Tunisie pour évaluer la pertinence d’implantation de champs éolien en Tunisie. Quoi qu’il en soit il faut diversifier la production d’énergie et les éoliennes en sont un des moyens les plus prometteurs et les plus pourvoyeurs d’emplois.

Une dernière question pour nos lecteurs : la mer mediterranée est le bien commun des pays du Maghreb mais aussi de pays européens comme la France, l’Italie ou encore l’Espagne.

Est-ce une occasion rêvée pour la Tunisie de développer de nouveaux partenariats pérennes grâce à l’économie bleue avec ses pays voisins de la méditerranée ?

C’est une opportunité que la Tunisie pourrait saisir pour profiter de la dynamique européenne, méditerranéenne et mondiale. L’économie bleue est porteuse de progrès et de développement sous réserve de s’y intéresser et d’y investir résolument et avec constance.

Avez-vous des propositions à faire aux entreprises et institutionnels tunisens qui envisagent de profiter ou de rejoindre de la croissance bleue ?

Comme au moyen-âge où le développement des affaires était extrêmement lié aux grandes foires, je suis convaincu que les salons internationaux sont aujourd’hui des évènements essentiels à la coopération internationale et au développement des projets industriels maritimes et fluviaux.

Le salon international EUROMARITIME qui se tiendra à Marseille du 1er au 3 février 2022 sera un forum essentiel pour toutes les entreprises d’Europe, de France et de Tunisie qui sont impliquées dans les domaines de la construction navale, du transport maritime et fluviaux, du portuaire et des énergies renouvelables. Avec ses nombreuses conférences et ses nouveaux espaces dédiés à l’innovation, à la protection des océans, à la cybersécurité, à la recherche et à la formation professionnelle, EUROMARITIME devrait réunir pendant 3 jours 300 exposants et accueillir plus de 5000 visiteurs. La Méditerranée a son grand salon maritime, y participer s’est prendre le virage du développement et de la croissance bleue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0
    0
    COMMANDEZ-LE DÈS AUJOURD'HUI
    Your cart is emptyReturn to Shop